Comment réveiller le printemps qui est en vous ?

Nous y sommes, l’hiver a pris froid et s’en va, la brise printanière murmure déjà à nos oreilles ses parfums de lilas, les jupes se raccourcissent, les manches aussi. Alors, afin d’aborder sereinement l’arrivée du printemps, se sentir bien dans son corps et dans sa tête, commençons par le contenu de nos assiettes. Fraîcheur et légèreté nous fredonne la nature, voici quelques idées pour manger sainement et aider votre organisme à se purifier.

- Les asperges, très riches en fibres, elles favorisent le transit et ont des vertus diurétiques, elles procurent minéraux, fer et magnésium, elles se déclinent sur tous les modes, chaudes, froides, seules ou accompagnées, nos papilles s’en délecteront.
- Les épinards frais, également riches en minéraux, en vitaminesB9, C, K, ils contiennent par ailleurs des antioxydants, protecteurs pour votre peau. En salades ou accompagnant viandes et poissons, à consommer sans modération.
- La carotte, elle va rendre à notre peau de ses couleurs, contenant du bêta-carotène, elles stimulent la mélanine et protège contre le vieillissement cellulaire, râpez-les, cuisez-les, buvez-les, elle est reine de saison.
- Les fraises, belles et parfumées, elles regorgent de vitamines A,B,B9, C. On les croque à tous moments de la journée, c’est le fruit phare du moment.
- Le poisson, savourez-le, il est léger, frais et parfaitement saisonnier, en le consommant au printemps vous respecterez ainsi leurs périodes de reproduction. Il est riche en sélénium, phosphore et magnésium. Privilégiez la limande, la lotte, le maquereau, le saumon et la truite, poissons vedettes des mois de mars et d’avril.

Pensez aux herbes aromatiques luxuriantes en cette saison, ciboulette, basilique, aneth, sauge ou encore romarin. Elles agrémenteront et parfumeront vos petits plats à la perfection.
Pour terminer, « Vous vous rappelez le mot de François 1er. Une cour sans dames c’est une année sans printemps ou un printemps sans fleurs » A. Dumas….petit clin d’œil à la journée de la femme.

Mieux comprendre l'origine de la douleur

Source : Santé Magazine 4 Août

Faut-il faire du sport pour soigner ses courbatures, ou bien laisser le muscle récupérer ? Mieux comprendre l’origine de la douleur aide à trouver une réponse à cette question. Nombreux sont ceux qui se reconnaissent dans cette situation : une reprise du sport après une longue période d’inactivité, un entraînement intensif, un réveil douloureux, le corps courbaturé et la question "dois-je refaire du sport tout de suite, ou me reposer ?" Certains vont vous répondre en vous disant qu’il faut soigner le mal par le mal et qu’il faut faire du sport pour soulager les courbatures. D’autres vont conseiller du repos. Qui faut-il écouter ? Pour mieux décider, analysons les courbatures en détail. La douleur n’est pas provoquée par l’acide lactique, comme on a cru pendant longtemps, mais par des micro-déchirures des muscles qui ont lieu pendant l’exercice physique. Cette étape est nécessaire pour renforcer le muscle : la réparation de ces déchirures aider à construire de nouveaux tissus musculaires. Le meilleure solution pour ne pas souffrir consiste à prévenir les courbatures en débutant doucement et en augmentant l’intensité au fur et à mesure. Relancer l’oxygénation Mais si les dommages ont déjà eu lieu, il vaut mieux laisser le muscle se reposer pendant au moins une journée avant le nouvel entraînement. En effet, enchaîner avec du sport pourrait aggraver les déchirures et empirer la situation. Une récupération active peut être envisagée, mais à un niveau modéré : un peu de course ou de vélo peuvent soulager le lendemain d’un marathon, par exemple. Mais veillez à ne pas dépasser les vingt minutes d’exercice, juste le temps de relancer l’oxygénation des cellules et la réparation du tissus musculaire. Le repos de la zone douloureuse doit donc rester le premier réflexe. D’autres techniques comme l’application de glace ou de chaleur, l’utilisation des bandes compressives, les étirements et le fait de boire beaucoup d’eau peuvent accélérer la récupération. En cas de fièvre, de fatigue inhabituelle et de maux de tête, consultez un médecin.

Faire 1h d’activité physique par jour ? Les recommandations de l’OMS

Source : Ouest France, 11 août 2016

Selon une récente étude, il faudrait faire une heure d’activité physique par jour. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise une durée cinq à sept fois moindre. Qu’en est-il vraiment ? François Carré, médecin du sport à Rennes, nous éclaire. 75 minutes de course à pied ou 150 minutes de marche par semaine. C’est la quantité d’activité physique que recommande l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Des données contestées par des chercheurs américains et australiens. Ils ont analysé 174 études publiées entre 1980 et 2016 qui établissent un lien entre activité physique et maladies. Ces chercheurs se sont plus précisément penchés sur cinq maladies chroniques courantes, à savoir les accidents vasculaires cérébraux, les cancers du sein et de l’intestin, le diabète et les maladies cardiaques. Résultat : le risque de contracter l’une de ces cinq maladies diminue de manière considérable avec une augmentation de l’activité physique. Évidemment, par manque de temps ou de motivation, une heure de sport sept jours sur sept, c’est impossible pour la large majorité d’entre nous ! Que penser de ces chiffres ? Pour nous éclairer, nous avons contacté François Carré, médecin du sport au CHU de Rennes. Ses propos sont alarmants. « L’homme n’est pas fait pour vivre assis » « L’homme est fait pour vivre debout », explique le Dr François Carré, médecin du sport à Rennes. Or, nous passons la majorité de notre temps assis. (Photo : Fotolia) « Vous savez, nous passons la majorité de nos journées assis, or l’homme est fait pour vivre debout », lâche d’emblée le médecin. Sept heures devant l’ordinateur au bureau, deux bonnes heures le soir sur le canapé… On ne va pas se mentir, nous vivons, en effet, davantage assis que debout. « Il est là le problème, poursuit François Carré. Depuis la révolution industrielle, il y a environ cent ans, nous sommes de plus en plus assis. Pourtant, avant, on passait l’intégralité de notre temps debout ! » Oui, mais si, à la fin de la journée, on part faire un petit footing ou piquer une tête à la piscine ? « On a beau faire une demi-heure ou une heure de sport dans la journée, si on a passé 7 heures auparavant assis sur un siège sans bouger, c’est plus néfaste pour la santé que de passer sa journée debout en activité sans pratiquer de sport », déclare le médecin, qui est cependant persuadé des bénéfices de la pratique régulière d’une activité physique pour la santé.